Le voyage dans la Lune

Journal : vraie fausse actualité


La première de « Le Voyage dans la Lune »  a eu un grand succès hier soir au Grand Café, boulevard des Capucines. Ce film est l’adaptation cinématographique du roman de Jules Verne, « De la Terre à la Lune ». Il raconte l’histoire de plusieurs membres de l’Institut d’astronomie qui partent pour ce voyage fantastique. Dès que la projection photographique est apparue sur l’écran, que l’image s’est animée et qu’elle est devenue vivante et réelle, les spectateurs étaient tous étonnés.

Le film commence avec  la réunion des membres de l’Académie astrologique qui portent des robes et des chapeaux coniques. Un professeur entre alors dans la salle et commence un discours sur son projet de voyage de la Terre à la Lune. La réaction est orageuse et chaotique. Il y a une grande dispute parmi les membres. Le professeur se met en colère, jette ses papiers sur l’audience. Finalement, la discussion se calme et le professeur choisit cinq membres de l’Académie qui vont  l’accompagner sur la Lune. Les six voyageurs se préparent ensuite pour le voyage.

La scène du trajet de la Terre à la Lune en particulier est particulièrement saisissante. On voit un canon géant qui se trouve au-dessus des toits de la ville. Nos héros y grimpent et s’embarquent dans l’obus. Avec l’aide d’une dizaine de belles femmes en uniforme de marin, l’obus est poussé dans le canon et finalement lancé avec l’enthousiasme et l’excitation de la foule. Ensuite, voici la vue de la lune avec son visage humain. L’image est bizarre mais amusante quand lorsque l’on voit l’obus qui atterrit directement dans l’œil de la Lune. Les voyageurs débarquent alors sur une terre étrange, cahoteuse et rocheuse. Dès les premiers pas, ils sautent de joie. Plus tard ils apprécient la vue de la planète Terre dans le lointain. Heureux mais fatigués après ce long voyage, ils déballent leurs couvertures pour se reposer. Pendant leur sommeil, les étoiles se lèvent et brillent partout dans le ciel. Une comète passe et des hommes apparaissent dans chaque étoile. Le dieu de la planète Saturne et la déesse, assise sur un croissant de lune, jettent de la neige sur les voyageurs qui les réveille.

Après ce réveil brutal, ils commencent à explorer l’intérieur de la lune. Chaque héros a son parapluie et l’un de ces héros ouvre le sien. Quand il le dépose sur terre, le parapluie se transforme en champignon qui grandit de plus en plus. Soudain, les Sélénites – la population autochtone de la Lune – courent vers eux. Ils se battent et ces Sélénites se transforment en fumée. Une troupe de Sélénites arrive, les capture et les mène au roi de la lune.

Après que les six voyageurs ont tué le roi des Sélènites, ceux-ci tentent de s’échapper rapidement vers leur gros obus. Les Sélènites essayent de saisir à nouveau les six voyageurs. Les Sélènites sont fous de rage. L’un des poursuivants reste accroché à son fuselage. Un des voyageur tire sur l’avant de l’obus pour le faire basculer. Finalement, tout le monde reprend le chemin de la Terre en sécurité. On peut imaginer que la distance entre la Terre et la Lune n’est pas trop longue parce que le voyage de retour est rapide.

L’arrivée de l’obus de la Lune sur terre est colorée et stupéfiante. L’obus plonge sous la mer rapidement. Une épave, les animaux et les plantes aquatiques sont étonnants. Plus tard, l’engin est tiré vers le bord de la mer par un grand vaisseau royal.  Les Parisiens fêtent triomphalement les cinq héros pour les accueillir avec les honneurs. Le Président de la République met une couronne sur leurs têtes et les décore. Des femmes se donnent la main, font un mouvement circulaire et dansent autour du monument construit pour célébrer la mémoire des explorateurs de la Lune.  Un des habitants lunaires qui s’était accroché à l’obus, se bat avec un soldat dans la fête, tandis que tout le monde est en train de s’amuser, mais personne ne leur jette un coup d’œil. Tous continuent de célébrer comme si de rien n’était. Cela incite à nous poser la question de savoir comment les hommes vont faire pour le détruire.

Ainsi, Georges Méliès sait comment nous fait connaître une expérience excitante. Contrairement aux frères Lumière qui filment la réalité quotidienne, Méliès nous fait assister à un spectacle fascinant. L’assistance était captivée et collée sur les sièges du début jusqu’à la fin. Le cinéma est à la fois curieux et passionant. Il propose l’image du mouvement et nous fait sortir de l’immobilité. Il faut le temps pour que l’on s’habitue à ce spectacle nouveau et étrange mais on doit admettre que cette nouvelle invention nous a beaucoup impressionnés et qu’elle deviendra peut-être un des divertissements de notre époque.

Le samedi 18 octobre 1896

[Auteurs : Thanyanuch, Tarnrin, Suwanna, Suda, Chalisa, Rampa, Pamina, Piryia, Nattika, Thamonwan, Peerapong]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :