Raconte-moi un conte

Versions passé composé et imparfait

Il y avait une fois un grand château dont le vieux roi était laid mais avait un grand cœur. La prospérité régnait dans son pays il n’y avait pas de pays comparable. C’était parce que le roi avait passé un pacte avec une sorcière : le roi devait lui donner son fils aîné quand il aurait vingt ans. Le prince grandissait avec un beau visage, les yeux bleus, les cheveux bruns. A son vingtième anniversaire, la sorcière est venue au château pour demander son dû au roi mais comme le roi refusait, la sorcière s’est mise très en colère et elle a maudi le roi en lui donnant une maladie grave et inguérissable même pour les meilleurs médecins du roi. Un vieux voyant a dit au prince que la seule solution pour éliminer la malédiction était la plume magique de la sorcière, accrochée à son cou ; elle habitait dans une forêt noire au nord du pays.

Le lendemain matin, le prince a chevauché trois jours et trois nuits sans cesse. Il a traversé une grande rivière et un cruel désert. Il a continué son voyage jusqu’à ce qu’il se soit approché d’une forêt. La forêt était tellement épaisse qu’il n’y avait aucune lumière dans la nuit. Elle était très silencieuse mais pas dans le bon sens. Cela l’effrayait. Après les mauvaises nuits qu’il avait passées, il a décidé de se reposer. Il est descendu de son cheval et il s’est assis sous un arbre. Pendant son sommeil, il a entendu un miaulement. Il l’a cherché et un chat l’a abordé. Le chat était tout noir. Il était petit et mignon mais aussi semblait malicieux.

Le chat a mené le prince vers le pied d’une montagne gigantesque. Là, le prince a dû la grimper à pied parce qu’il était impossible d’avancer pour le cheval. Le soleil brillait et il était presque mort de chaleur. Le prince est arrivé au sommet en se glissant parmi les rochers. La sorcière était là, grimaçante.

Le prince et la sorcière se sont affrontés. La sorcière a pris l’apparence du roi, son père, et s’est approchée du le prince. Le roi a dit qu’il était son père et a voulu l’embrasser. Soudain, le chat a crié que le roi était en vérité la sorcière. Il a sauté sur le visage de la sorcière et a percé ses yeux. La sorcière s’est écriée de douleur et a jeté le chat au loin. A ce moment-là, le prince a tiré son épée et a égorgé la sorcière. Le prince a alors arraché la plume de Phoenix du cou de la sorcière.

Le prince est retourné au château. Pendant le retour, le prince était si content qu’il n’a pas remarqué que son chat avait la même maladie que son père. Le chat a dit qu’il ne pouvait plus l’accompagner. Le prince ne savait pas comment faire. Le chat s’est enfui et il a disparu dans la forêt. Le prince était très triste parce que le chat était un vrai ami.

Finalement, le prince est arrivé au château qui était très tranquille comme un cimetière. Le roi dormait dans sa chambre ; il avait l’air presque mort. Son visage était tout pâle et il respirait lentement. Le prince a fait cuire la plume pour en extraire l’essence. Aussitôt que son père l’a bue, ses lèvres ont rougi. Il a commencé à respirer régulièrement. Ses mains ont tremblé ; il a ouvert les yeux et il a pris la main de son fils. « Tu m’a sauvé la vie, je suis fier de toi »

La semaine d’après, il a couronné son fils. Il est parti à la montagne et il a vécu là-bas pour le reste de sa vie. Le prince est devenu le roi. Tous les jours, il cherchait son chat mais il ne l’a jamais retrouvé.

FIN

Versions passé simple et imparfait

sorciere.jpg

Il y avait une fois un grand château dont le vieux roi était laid mais avait un grand cœur. La prospérité régnait dans son pays il n’y avait pas de pays comparable. C’était parce que le roi avait passé un pacte avec une sorcière : le roi devait lui donner son fils aîné quand il aurait vingt ans. Le prince grandissait avec un beau visage, les yeux bleus, les cheveux bruns. A son vingtième anniversaire, la sorcière vint au château pour demander son dû au roi mais comme le roi refusait, la sorcière se mit très en colère et elle maudit le roi en lui donnant une maladie grave et inguérissable même pour les meilleurs médecins du roi. Un vieux voyant dit au prince que la seule solution pour éliminer la malédiction était la plume magique de la sorcière, accrochée à son cou ; elle habitait dans une forêt noire au nord du pays.

Le lendemain matin, le prince chevaucha trois jours et trois nuits sans cesse. Il traversa une grande rivière et un cruel désert. Il continua son voyage jusqu’à ce qu’il se soit approché d’une forêt. La forêt était tellement épaisse qu’il n’y avait aucune lumière dans la nuit. Elle était très silencieuse mais pas dans le bon sens. Cela l’effrayait. Après les mauvaises nuits qu’il avait passées, il décida de se reposer. Il descendit de son cheval et il s’assit sous un arbre. Pendant son sommeil, il entendit un miaulement. Il le chercha et un chat l’aborda. Le chat était tout noir. Il était petit et mignon mais aussi semblait malicieux.

Le chat mena le prince vers le pied d’une montagne gigantesque. Là, le prince dut la grimper à pied parce qu’il était impossible d’avancer pour le cheval. Le soleil brillait et il était presque mort de chaleur. Le prince arriva au sommet en se glissant parmi les rochers. La sorcière était là, grimaçante.

Le prince et la sorcière s’affrontèrent. La sorcière prit l’apparence du roi, son père, et s’approcha du prince. Le roi dit qu’il était son père et voulut l’embrasser. Soudain, le chat cria que le roi était en vérité la sorcière. Il sauta sur le visage de la sorcière et perça ses yeux. La sorcière s’écria de douleur et jeta le chat au loin. A ce moment-là, le prince tira son épée et  égorgea la sorcière. Le prince alors arracha la plume de Phoenix du cou de la sorcière.

Le prince retourna au château. Pendant le retour, le prince était si content qu’il ne remarqua pas que son chat avait la même maladie que son père. Le chat dut qu’il ne pouvait plus l’accompagner. Le prince ne savait pas comment faire. Le chat s’enfuit et il a disparu dans la forêt. Le prince était très triste parce que le chat était un vrai ami.

Finalement, le prince arriva au château qui était très tranquille comme un cimetière. Le roi dormait dans sa chambre ; il avait l’air presque mort. Son visage était tout pâle et il respirait lentement. Le prince fit cuire la plume pour en extraire l’essence. Aussitôt que son père le but, ses lèvres rougirent. Il commença à respirer régulièrement. Ses mains tremblèrent ; il ouvrit les yeux et il prit la main de son fils. « Tu m’a sauvé la vie, je suis fier de toi »

La semaine d’après, il couronna son fils. Il partit à la montagne et il vécut là-bas pour le reste de sa vie. Le prince devint le roi. Tous les jours, il cherchait son chat mais il ne le retrouva jamais.

FIN

[Hathaipat, Salisa, Apichaya, Buntita, Natthawass, Piyatida, Kanokon, Somsaluay, Korawat , Korapim , Araya, Kakanang]

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :