Pratiques VDO 2

Exercice de diction sur la leçon de Eugène IONESCO

Extrait : Arithmétisons un peu !
(…)

LE PROFESSEUR
Tenez. Voici trois allumettes. En voici encore une ça fait quatre. Regardez bien, vous en avez quatre j’en retire une, combien vous en reste-t-il ? On ne voit pas les allumettes, ni aucun des objets, d’ailleurs, dont il est question ; le professeur se lèvera de table, écrira sur un tableau inexistant avec une craie inexistante, etc.

L’ÉLÈVE
Cinq. Si trois et un font quatre, quatre et un font cinq.

LE PROFESSEUR
Ce n’est pas ça. Ce n’est pas ça du tout. Vous avez toujours tendance à additionner. Mais il faut aussi soustraire. Il ne faut pas uniquement intégrer. Il faut aussi désintégrer. C’est ça la vie. C’est ça la philosophie. C’est ça la science. C’est ça le progrès, la civilisation.

L’ÉLÈVE
Oui, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Revenons à nos allumettes. J’en ai donc quatre. Vous voyez, elles sont bien quatre. J’en retire une, il n’en reste plus que…

L’ÉLÈVE
Je ne sais pas, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Voyons, réfléchissez. Ce n’est pas facile, je l’admets. Pourtant, vous êtes assez cultivée pour pouvoir faire l’effort intellectuel demandé et parvenir à comprendre. Alors ?

L’ÉLÈVE
Je n’y arrive pas, Monsieur. Je ne sais pas, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Prenons des exemples plus simples. Si vous aviez eu deux nez, et je vous en aurais arraché un. Combien vous en resterait-il maintenant ?

L’ÉLÈVE
Aucun.

LE PROFESSEUR
Comment aucun ?

L’ÉLÈVE
Oui, c’est justement parce que vous n’en avez arraché aucun, que j’en ai un maintenant. Si vous I’aviez arraché, je ne l’aurais plus.

LE PROFESSEUR
Vous n’avez pas compris mon exemple. Supposez que vous n’avez qu’une seule oreille.

L’ÉLÈVE
Oui, après ?

LE PROFESSEUR
Je vous en ajoute une, combien en auriez-vous ?

L’ÉLÈVE
Deux.

LE PROFESSEUR
Bon. Je vous en ajoute encore une. Combien en auriez-vous ?

L’ÉLÈVE
Trois oreilles.

LE PROFESSEUR
J’en enlève une… Il vous reste… combien d’oreilles ?

L’ÉLÈVE
Deux.

LE PROFESSEUR
Bon. J’en enlève encore une, combien vous en reste-t-il ?

L’ÉLÈVE
Deux.

LE PROFESSEUR
Non. Vous en avez deux, j’en prends une, je vous en mange une, combien vous en reste-t-il ?

L’ÉLÈVE
Deux.

LE PROFESSEUR
J’en mange une… une.

L’ÉLÈVE
Deux.

LE PROFESSEUR
Une.

L’ÉLÈVE
Deux.

LE PROFESSEUR
Une !

L’ÉLÈVE
Deux !

LE PROFESSEUR
Une !!!

L’ÉLÈVE
Deux !!!

LE PROFESSEUR
Une !!!

L’ÉLÈVE
Deux !!!

LE PROFESSEUR
Une !!!

L’ÉLÈVE
Deux !!!

LE PROFESSEUR
Non. Non. Ce n’est pas ça. L’exemple n’est pas… n’est pas convaincant. Écoutez-moi.

L’ÉLÈVE
Oui, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Vous avez… vous avez… vous avez…

L’ÉLÈVE
Dix doigts !…

LE PROFESSEUR
Si vous voulez. Parfait. Bon. Vous avez donc dix doigts.

L’ÉLÈVE
Oui, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Combien en auriez-vous, si vous en aviez cinq ?

L’ÉLÈVE
Dix, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Ce n’est pas ça !

L’ÉLÈVE
Si monsieur.

LE PROFESSEUR
Je vous dis que non !

L’ÉLÈVE
Vous venez de me dire que j’en ai dix…

LE PROFESSEUR
Je vous ai dit aussi, tout de suite après, que vous en aviez cinq !

L’ÉLEVE

Je n’en ai pas cinq, j’en ai dix !

LE PROFESSEUR
Procédons autrement… Limitons-nous aux nombres de un à cinq, pour la soustraction… Attendez Mademoiselle, vous allez voir. Je vais vous faire comprendre. (le professeur se met à écrire à un tableau noir imaginaire. Il l’approche de l’élève, qui se retourne pour regarder.) Voyez, Mademoiselle… (Il fait semblant de dessiner, au tableau noir, un bâton ; il fait semblant d’écrire au-dessous le chiffre 1 ; puis deux bâtons, sous lesquels il fait le chiffre 2, puis en dessous le chiffre 3, puis quatre bâtons au-dessous desquels il fait le chiffre 4.) Vous voyez…

L’ÉLÈVE
Oui, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Ce sont des bâtons, Mademoiselle, des bâtons. Ici c’est un bâton ; là ce sont deux bâtons ; là, trois bâtons, puis quatre bâtons, puis cinq bâtons. Un bâton, deux bâtons, trois bâtons, quatre et cinq bâtons, ce sont des nombres. Quand on compte des bâtons, chaque bâton est une unité, Mademoiselle… Qu’est-ce que je viens de dire ?

L’ÉLÈVE
« Une unité, Mademoiselle ! Qu’est-ce que je viens de dire ? »

LE PROFESSEUR
Ou des chiffres ! ou des nombres ! Un, deux, trois quatre, cinq, ce sont des éléments de la numération Mademoiselle.

L’ÉLÈVE, hésitante.
Oui, Monsieur. Des éléments, des chiffres, qui sont des bâtons, des unités et des nombres…

LE PROFESSEUR
A la fois… C’est-à-dire, en définitive, toute l’arithmétique elle-même est là.

L’ÉLÈVE
Oui, Monsieur. Bien, Monsieur. Merci, Monsieur.

LE PROFESSEUR
Alors, comptez, si vous voulez, en vous servant de ces éléments… additionnez et soustrayez…

L’ÉLÈVE
…comme pour imprimer dans sa mémoire. Les bâtons sont bien des chiffres et les nombres, des unités ?

LE PROFESSEUR
Hum… si l’on peut dire. Et alors ?

L’ÉLÈVE
On peut soustraire deux unités de trois unités, mais peut-on soustraire deux de trois ? et deux chiffres de quatre nombres ? et trois nombres d’une unité ?

LE PROFESSEUR
Non, Mademoiselle.

L’ÉLÈVE
Pourquoi, Monsieur ?

LE PROFESSEUR
Parce que, Mademoiselle.

L’ÉLÈVE
Parce que quoi, Monsieur ? Puisque les uns sont bien les autres ?

LE PROFESSEUR
Il en est ainsi, Mademoiselle. Ça ne s’explique pas. Ça se comprend par un raisonnement mathématique intérieur. On l’a ou on ne l’a pas.

L’ÉLÈVE
Tant pis !

LE PROFESSEUR
Écoutez-moi, Mademoiselle, si vous n’arrivez pas à comprendre profondément ces principes, ces archétypes arithmétiques, vous n’arriverez jamais à faire correctement un travail de polytechnicien. Encore moins ne pourra-t-on vous charger d’un cours à l’École polytechnique… ni à la maternelle supérieure. Je reconnais que ce n’est pas facile, c’est très, très abstrait… évidemment… mais comment pourriez-vous arriver, avant d’avoir bien approfondi les éléments premiers, à calculer mentalement combien font, – et ceci est la moindre des choses pour un ingénieur moyen – combien font, par exemple, trois milliards sept cent cinquante-cinq millions neuf cent quatre-vingt-dix-huit mille deux cent cinquante et un, multiplié par cinq milliards cent soixante-deux millions trois cent trois mille cinq cent huit ?

L’ÉLÈVE, très vite.
Ça fait dix-neuf quintillions trois cent quatre-vingt dix quadrillions deux trillions huit cent quarante quatre milliards deux cent dix-neuf millions cent soixante-quatre mille cinq cent huit…

LE PROFESSEUR, étonné.
Non. Je ne pense pas. Ça doit faire dix-neuf quintillions trois cent quatre-vingt-dix quadrillions deux trillions huit cent quarante-quatre milliards deux cent dix-neuf millions cent soixante-quatre mille cinq cent neuf.,.

L’ÉLÈVE
… Non… cinq cent huit…

LE PROFESSEUR, de plus en plus étonné calcule mentalement.
Oui… Vous avez raison… le produit est bien… (il bredouille inintelligiblement)….quintillions, quadrillions, trillions, milliards, millions… (distinctement.) …cent soixante-quatre mille cinq cent huit… (stupéfait.) Mais comment le savez-vous, si vous ne connaissez pas les principes du raisonnement arithmétique ?

L’ÉLÈVE
C’est simple. Ne pouvant me fier à mon raisonnement, j’ai appris par cœur tous les résultats possibles de toutes les multiplications possibles.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :