Quartier de Paris et personnalités

Pour visualiser des époques, des personnalités de mondes des Arts

=> Paris_auteurs_lieux celebres A,B,C Grille simple
=> Paris – auteurs – lieux celebres Correction Correction

Texte de référence :

L’ÎLE SAINT-LOUIS

Baudelaire y vécut. De là, il pouvait rêver des « quais froids de la Seine aux bords brûlants du Gange », d’autant qu’il avait installé Jeanne Duval, son inspiratrice, à quelques rues de la sienne.
LE QUARTIER LATIN

Du Bellay et Ronsard, qui fondèrent le groupe de poètes de la Renaissance de la « la Pléiade » en 1549, le fréquentèrent assidûment.

LA PLACE DAUPHINE

André Breton la hanta en compagnie de Nadja, son égérie. « Cette place Dauphine est bien un des lieux les plus profondément retirés que je connaisse, un des pires terrains vagues qui soient à Paris. Chaque fois que je m’y suis trouvé, j’ai senti m’abandonner peu à peu l’envie d’aller ailleurs, il m’a fallu argumenter avec moi-même pour me dégager dune étreinte trop douce, trop agréablement insistante et, à tout prendre, brisante. »

SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS

Bien avant la naissance du quartier que l’on connaît aujourd’hui, Racine, Diderot, Balzac, Mérimée et Hugo vécurent à Saint-Germain-des-Prés, qui inspira Zola pour son roman Thérèse Raquin. Mais ce sent surtout les cafés qui firent sa gloire la plus ancienne, le Flore, compta parmi ses clients Apollinaire, Salmon, Breton, Prévert, Desnos (pour ne citer qu’eux) avant de devenir le lieu d’élection de Sartre et Simone de Beauvoir. Après la guerre, ceux-ci l’abandonnèrent pour Les Deux Magots, qui avait déjà attiré dans les années 30 quelques-uns des surréalistes.

LE PROCOPE

Au 13 de la rue de l’Ancienne Comédie, le Procope est un des plus célèbres cafés littéraires de Paris. Fondé en 1684 par un Italien, ii fut un lieu de prédilection pour la Fontaine, Voltaire, Marivaux et Beaumarchais. Après une période d’éclipse, le café a rouvert ses portes en 1952, mais resta dédaigné des existentialistes pour les philosophes d’après-guerre, en particulier Jean-Paul Sabre.

LES GRANDS BOULEVARDS ET MONTMARTRE

L’âge d’or en 1845, Balzac publie son Histoire et physiologie des boulevards de Paris. Après avoir rappelé que le cœur de la capitale s’est déplacé du quartier Saint-Antoine à la place Royale (place des Vosges), puis au pont Neuf, de là au Palais-Royal, il précise que c’est sur « le boulevard » qu’il a enfin rayonné.
« Le boulevard ne fit pressentir ce qu’il serait un jour qu’en 1800. De la rue du Faubourg du-Temple à la rue Charlot, où grouillait tout Paris, sa vie s’est transportée, en 1815, au boulevard du Panorama (boulevard Montmartre). En 1820, elle s’est fixée au boulevard dit de Gand (boulevard des Italiens), et maintenant elle tend de là à remonter vers la Madeleine. En 1860, le cœur de Paris sera de la rue de la Paix à la place de la Concorde. »

MONTPARNASSE

Quartier de cabarets et de ginguettes où les écrivains buvaient des bols de vin chaud, fréquenté par Balzac et Chateaubriand, il fut vraiment « lancé » en 1913 par Apollinaire. Les grands cafés (La Rotonde, le Dôme, le Select, la Coupole) attirèrent alors une clientèle cosmopolite, surtout constituée de peintres.

DE LA MADELEINE À LA PLACE DES VOSGES

L’espace explore par Proust se limite à quelques hectares, de le Madeleine au boulevard Haussmann, puis vers la place des États-Unis où il mourra. La place des Vosges, autrefois place Royale, a séduit Nerval « Rien n’est beau comme ces maisons du XVIIe siècle dont la place Royale offre une si majestueuse réunion. Quand leur face de briques entremêlées et encadrées de cordons et de coins de pierre et quand leurs fenêtres hautes sont enflammées des rayons splendides du couchant, vous vous sentez à la voir la même vénération que devant une cour des Parlements, assemblée en robes rouges à revers d’hermine. » (La Main enchantée.)

SOUS LES AILES DU MOULIN

« Le 20 décembre 1899, venant de Rouen, j’aperçus la place Blanche et las ailes du moulin littéraire dont la présence avait meublé mes projets d’adolescent, des projets fermement appuyés sur les témoignages d’Aristide Bruant, de Toulouse-Lautrec et de Steinlen. Le climat de ces rêveries, dont la paysage était assez curieusement meublé de trois accessoires : un bec de gaz, une fille et un barbeau, contenait en soi des promesses qui m’étourdissaient mais nourrissaient ma patience. A l’extrémité d’une rue sombre, qui était peut-être la rue Blanche, le moulin vermillon apparaissait. Ses ailes sanglantes tournaient lentement. On se sentait happé par ce mouvement inexorable qu’animait la nuit franchement dédiée aux danseuses de Lautrec et aux gigolettes des boulevards. L’existence des peintres célèbres de la rue des faubourgs habitait mon inspiration impatiente de participer à ce lent mouvement de la société de minuit dont la gaieté était mal vêtue. Un élément poétique éclairait la Nouvelle-Athènes, brasserie sympathique qui se trouvait au coin de la rue Fontaine… »
Mac Orlan, à dix jours du XXe siècle, posera son sac au Quai des Brumes, en réalité (et au contraire du décor inventé dans le film de Carnet), le cabaret des Assassins, appelé à devenir le Lapin à Gil, au coin de la rue des Saules et de la rue Saint-Vincent. […]
Trente ans plus tard, la place Blanche continuera d’inspirer la littérature. André Breton s’est installé 42, rue Fontaine, mais son appartement, au-dessus des cabarets du Ciel et de l’Enfer, donne sur le boulevard de Clichy, sur la façade du cabaret Le Néant. […] Les surréalistes et leurs muses se réunirent au café Cyrano (82, boulevard de Clichy).

D’après Paul CLÉBERT, Les hauts lieux de la Littérature en Europe, © Bordas, 1991, pour le magazine « Virgule ».
Qui Siècle Métier
Île Saint-Louis Charles Baudelaire XIX Poète, critique
Quartier Latin Joachim De Bellay XVI Poète, critique
Pierre de Ronsard XVI Poète
Place Dauphine André Breton XX Poète, écrivain
Saint-Germain-des-Près Jean Racine XVII Dramaturge
Denis Diderot XVIII Philosophe, critique d’art, écrivain
Honoré Balzac XIX Ecrivain, critique littéraire
Prosper Mérimée XIX Écrivain, historien, archéologue
Victor Hugo XIX Poète, écrivain
Emile Zola XIX Ecrivain, journaliste
Guillaume Apollinaire XIX Poète, écrivain, critique d’art
André Salmon XX Poète, écrivain, critique d’art
Jacques Prévert XX Poète, scénariste
Robert Desnos XX Poète
Jean-Paul Sartre XX Philosophe, écrivain, scénariste
Boris Vian XX Musicien, écrivain
Juliette Gréco XX Chanteuse
Simone de Beauvoir XX Ecrivain
Le Procope Jean de la Fontaine XVII Poète, écrivain
Voltaire (François Marie Rouet) XVIII Ecrivain, philosophe
Pierre de Marivaux XVIII Journaliste, auteur, romancier
Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais XVIII Écrivain, journaliste, dramaturge
Grands Boulevards et Monmartre Honoré de Balzac XIX Écrivain
Henri de Toulouse-Lautrec XIX Peintre, affichiste, lithographe
Chateaubriand (François-Auguste-René) XIX Écrivain
Théophile Alexandre Steinlen XIX Peintre, dessinateur, lithographe
Marcel Carné XX Cinéaste
Amedeo Modigliani XX Peintre
Le Marais Georges Braque XX Peintre
Marc Chagall XX Peintre
Ray (Emanuel Radnitsky, dit Man) XX Peintre, Photographe
Place des Vosges Valentin Louis Georges Eugène Marcel Proust XX Romancier, critique, essayiste
Place Blanche Pierre Mac Orlan XX Écrivain, auteur-compositeur.
André Breton XX Poète, peintre, écrivain
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :