Situations problèmes sur réseau social

Apprentissage par situations problèmes via le réseau social Facebook

Définition d’une situation-problème

La situation-problème est une tâche concrète à accomplir dans certaines conditions qui supposent que les personnes franchissent un certain nombre d’obstacles incontournables pour y arriver. La situation-problème est toujours une fiction sous contrôle et elle fait partie d’une pédagogie fondée sur l’autoconstruction des savoirs ce qui la place dans une position intéressante dans le processus d’autonomisation du processus d’acquisition des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être. Les obstacles sont directement liés aux manques des apprenants : manque de connaissances, de savoir-faire ou absence de comportement et d’attitude adéquats. Les conditions subordonnent la réalisation de la tâche. Elles peuvent être des ressources matérielles ou humaines, des contraintes diverses qui vont déterminer les apprentissages des apprenants et les rendre incontournables. Les situations-problèmes peuvent également se construire en cascade avec des sous situations-problèmes à résoudre à chaque étape pour avancer dans le processus global.

Définition d’un réseau social

Le réseau social est une structure sociale dynamique représentant un ensemble d’entités (individus ou organisations) reliées de manière directe ou indirecte entre elles en fonction de centres d’intérêts, de points de vue ou encore de besoins communs. « Le réseau permet la transmission de ressources matérielles ou informationnelles portées par des ressources relationnelles. » Une plateforme de réseau social « est constitué d’un couplage d’une plate-forme et d’un réseau social humain qui s’enrichissent l’un l’autre grâce à une intégration réussie. (Jean-Hugues Roca, Université Montpellier III Paul Valéry). Ainsi cette appellation désigne une base de travail interactive et virtuelle offrant les outils permettant un tissage de relations amicales ou professionnelles, la communication par artefacts technologiques, les interactions multiples et plurielles, les échanges et le partage de contenus textuels ou audiovisuels entre tous les internautes s’y inscrivant et capables de favoriser la construction du réseau social de chacun d’eux. Une communauté virtuelle peut dès lors exister autour de la dynamique des échanges et de l’implication des membres. Le réseau social sur le Net constitue un support à partir duquel l’internaute peut se créer, se définir, se construire une identité numérique.

Processus d’apprentissage et d’autonomisation

En cumulant les avantages de l’un et de l’autre, une plateforme de réseau social de type Facebook associé à des situations d’apprentissage telles que les situations-problèmes peut devenir propice à l’acquisition des stratégies d’apprentissage et à l’autonomisation si on conçoit un scénario pédagogique. Ce scénario  est constitué d’un ensemble de situations complexes qui nécessitent des actions concertées permettant de sortir de ces situations difficiles. Ces situations sont accompagnées de micro-objectifs motivants et d’outils technologiques adaptés à la fois au niveau de langue mais aussi aux besoins du scénario, des objectifs d’apprentissage, du temps qui peut y être consacré, des profils des apprenants. En conséquence, le scénario pédagogique que nous avons développé propose neuf situations-problèmes sur un total d’apprentissage de treize semaines représentant une présence et un effort de 2 à 3 heures par semaine par apprenant. Le modèle pédagogique choisi est socioconstructiviste car sa particularité est de générer des conflits socio-cognitifs dont la résolution passe par la confrontation avec un système social (celui du réseau Facebook), de situations-problèmes qui paraissent à première vue insolubles  mais aussi avec des apprenants de nationalité différente ayant en commun une langue médiatrice, le français. Ce type d’apprentissage met donc en jeu des stratégies cognitives, métacognitives et socio-affectives déterminantes pour la résolution des problèmes, accompagnée de 4 tuteurs, dont deux sont experts en enseignement et formation à distance. Ainsi, par rapport au thème « autonomisation » et au type d’apprentissage que nous proposons, nous avons opté pour un tutorat à distance réactif plutôt que proactif. Autrement dit, le tuteur, excepté les moments où il doit ouvrir des activités, ne devrait pas ou prou intervenir dans le processus en amont, ni dans la diffusion des ressources, de la résolution des tâches ou dans le règlement de conflits cognitifs. On verra plus tard qu’il a été difficile de respecter ce principe. Enfin, afin d’être au plus proche des préoccupations de notre profil d’apprenant (une vingtaine d’années, en licence de français universitaire) et de leur utilisation d’un réseau social tel que Facebook (tard dans la nuit, téléphonie mobile, niveau DELF B1 à B2), les situations-problèmes ont été scénarisées dans ce qui ressemble à une application ludique sur Facebook. Ainsi, Facebook est devenu  non seulement un réseau de partage de photos, d’adresses, de dépôt de commentaires ou de messages mais aussi un lieu où l’on peut jouer pour apprendre, dans une simulation de monde en temps réel d’où l’on doit, par collaboration et échanges construire un savoir collectif à partir du savoir de chacun.

Sur Issuu =>  TICEFLE

Bibliographie :

  • Vincent LEMIEUX, Les réseaux d’acteurs sociaux. Paris, Presses Universitaires de France, 1999.
  • Christine PARTOUNE, La pédagogie par situations-problèmes – article paru dans la revue Puzzle éditée par le CIFEN, Université de Liège, mai 2002.
  • DALONGEVILLE A., HUBER M., (Se) former par les situations-problèmes. Des déstabilisations constructives. Chronique sociale, Lyon, 2000.
  • François MANGENOT, « Usages et recherches dans le domaine de l’apprentissage des langues assisté par ordinateur ». in Legros, D. & Crinon, J. (dir.), Psychologie des apprentissages et multimédia, Armand Colin, Paris, 2002.
  • Pierre RABARDEL, Les hommes et les technologies. Une approche cognitive des instruments contemporains, Armand Colin, Paris, 1995.
  • Henri HOLEC, Qu’est-ce qu’apprendre à apprendre, Mélanges pédagogiques, 1990
  • Alain COULON, Le métier d’étudiant. L’entrée dans la vie universitaire, PUF, Paris 1997.
  • Paul CYR et Claude GERMAIN, Les stratégies d’apprentissage¸ Clé International, 1998.
  • Janet ATLAN, L’utilisation des stratégies d’apprentissage d’une langue dans un environnement des TICE. ALSIC (Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication), Vol. 3, numéro 1, juin 2000
  • Paul-Armand BERNATCHEZ, Attitude proactive, participation et collaboration à des activités d’encadrement médiatisées par ordinateur, thèse sciences de l’éducation, option andragogie nov.2004
Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :